L'oncogériatrie

 

L'oncogériatrie est une pratique qui vise à assurer à tout patient âgé atteint de cancer une prise en charge adaptée.Elle est le fruit d'une collaboration active entre oncologues, gériatres, médecins généralistes et plus largement l'ensemble des acteurs de santé impliqués dans l'évaluation de l'état du patient et la conduite du traitement. Il est, en effet, essentiel de mieux connaître les spécificités des cancers chez les personnes âgées pour améliorer les réponses aux besoins croissants de cette population. La mission oncogériatrie, mise en place en 2005 à l’INCa, se poursuit. Elle s’inscrit dans le cadre du Plan cancer 2009-2013 qui prévoit d’améliorer la prise en charge des personnes âgées atteintes de cancer.Vous trouverez dans ce dossier différentes informations concernant l'oncogériatrie (définition, upcog, ceog, formations, réunions...)

La mesure 23.4 du Plan Cancer 2009-2013

Améliorer la prise en charge des personnes âgées atteintes de cancer.

 

En savoir +

Les Unités de Coordination en Oncogériatrie et les antennes d'oncogériatrie

15 unités pilotes de coordination en oncogériatrie (UPCOG) ont été mises en place dès 2006 pour développer des prises en charge adaptées aux personnes âgées atteintes de cancer, et optimiser les compétences des deux spécialités médicales concernées, celle de cancérologie et celle de gériatrie, par le biais d'une coordination accrue entre ces acteurs.

Afin de poursuivre le développement de l'oncogériatrie, l’INCa et la DGOS ont lancé, depuis 2011, des appels à projets visant à soutenir le déploiement national d'unités de coordination en oncogériatrie ; le territoire, défini en concordance avec les agences régionales de santé, étant le plus souvent régional, y compris dans les départements et territoires d'outre-mer. Ces procédures ont permis de sélectionner 24 équipes dans 19 régions.

 

Les quatre principales missions de ces UCOG sont de :

mieux adapter les traitements des patients âgés atteints de cancer par des décisions conjointes oncologues-gériatres ;
promouvoir la prise en charge de ces patients dans la région afin de la rendre accessible à tous ;
contribuer au développement de la recherche en oncogériatrie, notamment en impulsant des collaborations interrégionales ;
soutenir la formation et l'information en oncogériatrie.

 

4 régions n'étant pas dotées de ce dispositif, l'INCa et la DGOS ont décidé de créer des antennes d'oncogériatrie (AOG) dans ces régions, afin de réduire les inégalités de soins et de permettre à toute personne âgée de bénéficier, si son état l'exige, d'une prise en charge oncogériatrique.

 

Ces antennes ont pour mission d'assurer la partie « soins » des missions dévolues aux UCOG, visant en particulier à mieux adapter les traitements anticancéreux et à prendre en charge les pathologies gériatriques et ce, dans tous les établissements autorisés pour le traitement du cancer de leurs régions respectives.

 

liste des unités de coordination en oncogériatrie et des antennes d'oncogériatrie (PDF - 25 kB)
carte des UCOG (PDF - 4 MB)

L'évaluation gériatrique en oncologie

Cette évaluation est le plus souvent réalisée par un oncogériatre, qui est un gériatre ayant une formation spécifique en oncologie mais elle peut également être réalisée par un oncologue ayant une formation en gériatrie, ou par un gériatre.

Elle permet d'apprécier : l'état fonctionnel d'un patient ; son degré d'indépendance dans les gestes et activités de la vie quotidienne ; son état psychique (humeur, anxiété), cognitif ; son état de nutrition.
Elle apprécie également l'équilibre du patient, par des tests simples et recherche la notion de chutes.
Les antécédents du patient et ses pathologies en cours sont également colligés, de même que les traitements pris par le patient, afin de rechercher d'éventuelles interactions, précautions d'emploi, ou contre-indications au traitement du cancer.
L'environnement social du patient est également apprécié par les personnes de son entourage (conjoints, enfants, amis) susceptibles de l'aider dans la vie quotidienne et pendant la période de traitement de la pathologie tumorale. Cette appréciation permet de mettre en place un plan de soins qui va comprendre des aides extérieures éventuelles à mettre en place (présence d'une aide-ménagère ou d'une auxiliaire de vie au domicile pour la réalisation des taches ménagères et l'aide du patient dans les courses, présence d'une infirmière pour aider à l'hygiène, pour la mise en place de soins à domicile, prescription de kinésithérapie pour lutter contre la perte d'indépendance, pour favoriser la marche, la respiration ou l'équilibre).

Ainsi le médecin gériatre pourra aider le médecin oncologue dans la décision thérapeutique en adaptant le traitement.

Dans tous les cas, l'oncologue et le gériatre collaborent ensemble pour le patient afin de décider et entreprendre un traitement du cancer le plus adapté à sa pathologie, et à sa fragilité éventuelle, en tenant compte de sa volonté et de son avis.

L'évaluation gériatrique dure en moyenne 1h30.

 

Les outils d'évaluation

Le questionnaire G8 (étude oncodage)

C'est un outil de dépistage gériatrique qui permet aux oncologues, hématologues et cancérologues d'identifier les personnes âgées atteintes de cancer à risque de mauvaise tolérance d'un traitement anticancéreux parcequ'elles présentent une dénutrition, des comorbidités, une polymédication, des troubles cognitifs...et de leur proposer une consultation adaptée aux anomalies dépistées et/ou une évaluation gériatrique approfondie (EGA) avant de commencer le traitement anticancéreux.

 

Cet outil a été validé dans le cadre de l'essai ONCODAGE promu par l'Institut National du Cancer. La généralisation de son utilisation est inscrite dans l'action 23.4 du Plan Cancer 2009-2013.

Outil oncodage (outil de dépistage gériatrique pour les personnes âgées atteintes de cancer (PDF - 693 kB)

Test d'évaluation gériatrique proposé en région Limousin (PDF - 60 kB)

 

 

Aide à l'estimation de la survie : Score de Lee et Score de Walter

 

Le score de LEE est un index pronostic, incluant l'âge, le sexe, les comorbidités rapportées et des mesures fonctionnelles. Il a été développé sur une population de 11701 sujets âgés de plus de 50 ans et validé dans une population de 8009 sujets.
Il permet d'estimer le risque de mortalité à 4 ans chez des sujets âgés par un auto-questionnaire. Il peut être une aide à l'estimation de la survie en oncogériatrie.
D'après Lee et al. JAMA 2006;295 :801-808.

Score de LEE (PDF - 1,1 MB)

 

Le score de Walter est un index pronostic de la mortalité à 1 an de sujets âgés après hospitalisation (min 2 jours). Il a été développé dans une population de 1495 patients âgés de plus de 70 ans, sortant d'hospitalisation et validé dans une population identique de 1427 patients. Il peut être une aide à l'estimation de la survie en oncogériatrie.
D'après Walter LC et al. JAMA 2001 ; 285 :2987-2994.

Score de Walter (PDF - 835 kB)

 

La recherche clinique en oncogériatrie

La recherche clinique en oncogériatrie permet de mieux adapter les différents moyens thérapeutiques à la personne âgée atteinte de cancer et d'assurer ainsi une prise en charge individualisé de qualité.

 

En savoir +

Les réunions

Le réseau se trouve investi des missions d'information et de formation en oncogériatrie.
A ce titre, le réseau organise des réunions à destination du grand public et des professionnels de santé intervenant dans la prise en charge des personnes âgées atteintes de cancer.

 

En savoir +

La documentation

Suivi du dispositif e prise n charge et de recherche clinique en oncogériatrie - état des lieux au 1er janvier 2015 (PDF - 1,2 MB)
 

Etat des lieux et perspectives en oncogériatrie (PDF - 5,5 MB)

 

Synthèse du rapport état des lieux et perspectives en oncogériatrie (PDF - 310 kB)

Les liens utiles


 
Société Française de gériatrie et de gérontologie (SFGG) : www.sfgg.fr
 

 
Société Internationale d'Oncologie Gériatrique (SIOG) : www.siorg.org
 

 
Société Franchophone d'Onco-gériatrie (SoFOG) : www.sofog.org
 
Dossier "oncogériatrie" du site de l'Institut National du Cancer : www.e-cancer.fr
 

 

 

Toute l'information de

référence pour les

patients et les proches

www.e-cancer.fr

 

ROHLim est financé par

l'ARS Nouvelle-Aquitaine